Éco-participation, DEEE, loi AGEC… Découvrez ce qui se cache derrière ces dispositifs et comment ils rendent votre cuisine plus solidaire et écologique !
Publié par Marilyne le lundi 21 février 2022

Lier écologie et économie lors de l'achat d'une cuisine

  • Lifestyle
  • #Zéro déchet

En 2022, je rends ma cuisine plus écofriendly grâce au recyclage des meubles et à l’éco-participation

 

Pour que l’achat et le remplacement de votre cuisine aient un minimum d’impact sur l’environnement, il existe plusieurs dispositifs. Depuis janvier 2022, de nouvelles mesures sont venues les compléter grâce à la loi Anti-Gaspillage pour une Economie Circulaire (AGEC).

 

Quel est le rôle de l’éco-participation ?

 

L’éco-participation est un coût qui s’ajoute au prix d’un produit d’ameublement. Vous le retrouvez donc notamment lors de l’achat d’une cuisine chez Cuisinella. Il s’agit d’un montant que le vendeur et le fabricant doivent impérativement appliquer. Ce petit supplément a en effet pour but de financer la fin de vie de vos meubles :

• Collecte ;

• Tri ;

• Recyclage ;

• Revalorisation.

Lorsque vous changez de cuisine ou que vous vous débarrassez d’anciens meubles, leur vie ne s’arrête en effet pas là et toutes les étapes qui suivent ont un coût que l’éco-participation, aussi appelée écocontribution, permet de financer. Il ne s’agit donc pas d’une taxe : le montant ainsi collecté ne revient pas à l’État, mais à des éco-organismes chargés de la gestion des produits, de leur collecte à leur revalorisation.

 

 

Le montant de l’éco-participation varie en fonction du type de produit. En ce qui concerne le mobilier, le prix dépend essentiellement de son poids. Le montant reste cependant faible, de l’ordre de quelques centimes à quelques euros pour les meubles les plus imposants, comme un sommier à lattes.

En effet, tous les produits ne demandent pas le même travail pour être collectés, transportés, traités et dépollués. L’éco-participation doit être clairement lisible sur le prix d’un produit. Lorsque vous achetez des meubles de cuisine par exemple, qu’il s’agisse de sièges, de meubles à fixer aux murs ou d’une nouvelle table de repas par exemple, vous êtes donc toujours informé du montant de l’écocontribution. Ce coût est toujours inclus dans le prix du produit : ce n’est pas un montant à ajouter à celui affiché par l’étiquette, comme le précise bien la mention « dont XX € d’éco-participation ».

 

Éco-mobilier : comment ça marche ?

 

L’éco-participation est payée par l’acquéreur lors de l’achat d’un meuble neuf, en vue de son traitement lorsqu’il fera partie des déchets, c’est-à-dire lorsque son propriétaire aura décidé de s’en débarrasser. Le montant ainsi collecté par le distributeur ou fabricant de mobilier doit être intégralement reversé à un éco-organisme tel qu’Éco-mobilier.

Ce type d’organismes est en relation à la fois avec les metteurs sur le marché (distributeurs et fabricants) de produits d’ameublement et avec un réseau d’associations et collectivités territoriales dans le but de collecter les meubles, sièges et équipements de literie usagés et de les revaloriser.

Dans ce but, deux solutions sont possibles.

La première consiste à recycler les produits considérés comme déchets. Le rembourrage de vos chaises, le bois massif de votre plan de travail, le métal de votre cuisine au style industriel… bien des éléments d’une cuisine peuvent en effet resservir après recyclage.

Mais il n’y a pas que cela : un éco-organisme cherche également à donner une deuxième vie aux produits en les distribuant auprès d’associations et collectivités locales telles qu’Emmaüs ou des ressourceries. L’éco-organisme gère également les points de collecte afin que vous n’ayez pas à vous déplacer trop loin pour vous débarrasser de votre ameublement. Vous n’avez souvent qu’à vous rendre en déchetterie ou directement dans une association qui sera ravie que vos meubles servent à d’autres.

Naturellement, rien ne vous empêche finalement d’être vous-même votre propre éco-organisme. En effet, l’upcycling est une pratique très tendance qui ravira les adeptes du DIY et de la récup’, ou tout simplement celles et ceux qui cherchent à réduire leur empreinte écologique. Il s’agit de réemployer vos meubles de cuisine (ou une partie !) chez vous.

Avec un minimum de transformation, les façades deviendront ainsi de magnifiques cadres pour dessins et photos, le plan de travail une fois découpé deviendra une table de remise de jardin, votre évier pourra être pratique dans un garage transformé en atelier…

 

Recyclage des DEEE : une éco-participation dédiée à l’électroménager

 

Il existe également une éco-participation pour les Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Le principe est similaire à celui de l’écocontribution pour le mobilier : un montant est ajouté au prix d’un produit électrique ou électronique, obligatoirement indiqué sur l’étiquette, et reversé à un éco-organisme qui en gère la collecte, le recyclage, etc. Il existe 4 éco-organismes reconnus par les pouvoirs publics pour ce type d’équipements, dont deux sont les plus répandus, car les plus généralistes : Ecologic et Eco-systèmes. Les deux autres sont plus spécifiques : PV Cycle gère uniquement les panneaux photovoltaïques et Récylum les lampes.

 

 

Le montant de l’éco-participation pour les DEEE est un peu plus complexe à élaborer que pour les meubles, car il dépend :

• Du type de produit dont les catégories sont déterminées en fonction du poids et de l’importance de la dépollution ;

• Du taux de retour de chaque produit : en effet, il y a plus d’équipements achetés que d’équipements qui reviennent… ;

• Du prix de revente des matières récupérées lors du processus de recyclage ;

• De l’éco-organisme choisi, chacun ayant ses méthodes et ses coûts propres. Lave-vaisselle, four, micro-ondes, réfrigérateur…

C’est tout l’électroménager de votre cuisine équipée qui est donc concerné par l’éco-participation des DEEE.

 

Quels sont les apports de la loi AGEC pour le recyclage du mobilier ?

 

En France, la loi AGEC (Anti-gaspillage pour une économie solidaire) vient renforcer les principes que concrétisent déjà l’éco-participation (mobilier et DEEE) et le rôle des éco-organismes.

Entrée en vigueur en janvier 2022, cette loi a pour but de réduire le gaspillage et de nourrir l’économie solidaire en encourageant le don des meubles et des équipements électriques. Grâce à elle, lors du renouvellement de votre mobilier ou de votre électroménager, vos produits pourront être repris par le magasin où vous achetez vos nouveaux équipements.

Il s’agit d’un droit de reprise dont bénéficie le consommateur, entièrement gratuit. La dépose d’un produit, par exemple des meubles de cuisine, peut cependant être facturée. Attention toutefois, le distributeur ou fabricant est tenu de reprendre vos produits dans des catégories et des quantités équivalentes à celles que vous achetez.

Par exemple, vous ne pouvez pas rendre un îlot de cuisine si vous venez acheter uniquement une hotte. En revanche, vous pouvez restituer autant de meubles hauts et bas par exemple, que le nombre que vous en achetez.

Lors de la conclusion de la vente, les magasins préciseront si la reprise des anciens produits s’effectuera directement en magasin, lors de la livraison ou encore sur un point de collecte de proximité. La loi AGEC impose également de proposer les invendus à des associations et collectivités avant de penser au recyclage grâce au réseau d’Éco-mobilier.

 

Vous en voulez plus ?

Envie d'échanger
sur votre projet ?

Prendre rendez-vous
Prendre rendez-vous