Habitat partagé : pourquoi ne pas créer le vôtre ?

Avez-vous déjà songé à concevoir et financer votre logement à plusieurs et ce, sur des principes de solidarité, de respect de l’environnement, de partage ou encore de mixité sociale ? C’est ce que propose l’habitat partagé, aussi appelé habitat participatif. 

Une colocation pour adulte…c’est une aventure tentante non ? 


 

Qu’est-ce qu’un habitat participatif ?


 

L’habitat partagé a vu le jour dans les années 70 sur des airs de « faites l’amour pas la guerre » et propose un modèle totalement différent de l’habitat classique. 

Le principe est simple : permettre à des groupes de citoyens de créer et gérer leur habitat de manière collective. Ce concept répond à des besoins qu’ont certains particuliers dans le cadre de l’achat d’un logement : leurs moyens financiers à mesurer, leurs modes de vie et leur vision sociale et écologique à respecter. 
Vous l’aurez compris, derrière l’habitat participatif se cache une réelle volonté de mutualiser les ressources pour concevoir, réaliser et financer ensemble un logement. De plus, ce sont des habitats économes, autant sur les coûts d’acquisition que de rénovation.

Ainsi, ceux qui s’intéressent à l’habitat partagé peuvent enfin se réapproprier des décisions et des responsabilités, à commencer par la construction de leur logement puis la rénovation et l’entretien de leur lieu de vie. Il est même possible de définir en amont les souhaits architecturaux en incluant des espaces privés et des espaces communs comme des jardins ou des salles communes.


 

Ce type de logement est ouvert à toutes et à tous, peu importe l’âge c’est comme la maladie d’amour, ça se vit de 7 à 77 ans. D’ailleurs, on parle même de colocation intergénérationnelle, de colocation adulte et même de colocation senior. Enfin, quel que soit le milieu social ou encore le niveau de ressources, tout le monde est le bienvenu, l’important c’est d’avoir envie de vivre autrement.

La mixité sociale et générationnelle est encouragée, la vie collective entre voisins est réinventée, la valeur du « vivre ensemble » est bel et bien présente... c’est la maison du bonheur en somme !


 

Strasbourg, un beau modèle de logement participatif 


 

Depuis quelques années, la ville de Strasbourg s’est réellement engagée sur le soutien de l’habitat participatif. 

Il y a aujourd’hui une dizaine de projets déjà habités et de nombreux autres en cours de conception et de construction. 

Strasbourg est par ailleurs engagée au point de recouvrir toutes les formes que peut prendre l’habitat collectif : autopromotion, accession sociale, locatif social et la co-conception.

La ville vend donc des terrains à ceux qui souhaitent porter ces projets intergénérationnels dans une logique de respect de l’environnement et de partage. Par exemple, à quelques kilomètres du siège social de Cuisinella, le projet « Melting Potes » est composé de logements privés avec des espaces mutualisés comme une buanderie, une salle commune avec cuisine et salle de bains, un local de stockage et de bricolage, un jardin d’agrément et un verger partagé. Qui a dit que l’utopie ne pouvait pas devenir réalité ?  


 

Comment monter son propre habitat partagé ? 


 

Il existe différentes façons d’y parvenir comme l’autopromotion, qui consiste à réunir des non-professionnels ayant un projet de vie commun, pour financer une opération immobilière pour leur propre habitation. Ils peuvent donc se regrouper au sein d’une société d’autopromotion dans laquelle les professionnels de l’immobilier comme les architectes, les constructeurs ou encore les maîtres d’œuvre peuvent participer à hauteur de 30% maximum. La société d’autopromotion pourra ainsi gérer sa copropriété après la construction de manière classique : les lots seront décrits dans un état de division et attribués aux associés proportionnellement à leurs apports. 

La loi Duflot a d’ailleurs joué un rôle essentiel puisqu’elle a créé un statut spécifique pour l’autopromotion qui devrait désormais faciliter la réalisation de plus en plus de projets.

Cela vous donne des idées mais vous ne savez pas par où commencer ? 

Commencez d’abord par créer un groupe avec lequel vous définirez votre projet. 

Un pour tous, tous pour un ! Eh oui, lancer un habitat groupé est avant tout une aventure humaine ; la culture, la vision et les valeurs partagées du groupe sont donc essentielles. Une fois les besoins et les exigences de chacun exprimées, notamment sur la question du milieu, qu’il soit urbain ou rural (si vous souhaitez vous exiler à Trifouilly-les-oies, on ne jugera pas) sur les espaces à partager ou encore sur les surfaces nécessaires, passez à l’élaboration du programme architectural. Un immeuble ? Une maison ? Affinez votre réflexion en parallèle de la recherche d’un terrain. 


Ensuite, réfléchissez au montage juridique et financier où l’assistance d’un juriste ou d’un notaire sera indispensable pour balayer les diverses options possibles et pour définir le statut juridique. Quant au financement, faites-vous conseiller et choisissez le plus adapté entre l’emprunt individuel ou l’emprunt collectif.

Vous avez trouvé le terrain idéal capable d’accueillir votre projet en respectant les règles d’urbanisme ? Passez à la phase de conception qui met en adéquation le programme architectural, les moyens financiers et le terrain sélectionné pour dresser les plans du futur lieu de vie collective. Il ne vous reste plus qu’à construire, soit vous-même avec un peu d’huile de coude soit en passant par un maître d’œuvre. 

Se lancer dans cette belle aventure en tant que « pilote » demande une implication importante, qui sera déterminante pour l’aboutissement du projet.

Et vous, prêts à partager ? 

Sauvegarder :

Sélectionnés pour vous

Conseils

Comment aménager un bar dans sa cuisine ?

Profiter d’un verre entre amis pendant la préparation d’un repas c’est agréable, sauf si vous devez faire des allers-retours incessants entre vos fourneaux et votre séjour. Si vous...

Lire la suite

10-07-2017

Lifestyle

Comment bien ranger ses fruits et légumes ?

Avez-vous déjà retrouvé des légumes fossilisés dans votre bac à légumes, oubliés parce qu’achetés en trop grande quantité ? Pire encore, les délicieuses tomates de votre jardin n’o...

Lire la suite

24-07-2017